Black Friday 2021 : faut-il encore s’attendre à des chiffres records ?

En l’espace de dix ans, le Black Friday s’est imposé en tant que rendez-vous commercial majeur en France. Mais depuis quelques années, des voix remettent en cause « la fête de la consommation en ligne ». Tour d’horizon en 4 points.

Cette année, le Black Friday revient le vendredi 26 novembre. Depuis sa création, le Black Friday est devenu un évènement attendu par un grand nombre de consommateurs, dans le but de faire de bonnes affaires, notamment avant les fêtes de fin d’année. Avec ce concept gagnant-gagnant, les commerces augmentent leurs chiffres d’affaires, et les consommateurs s’emparent des meilleurs deals.

Traditionnellement, le Black Friday dure 24 heures mais de nombreuses marques ont adopté le « Week-end Black Friday », en prolongeant parfois leurs promotions jusqu’au lundi, un lundi qui sera par la suite baptisé le « Cyber Monday ».

Désormais, le Black Friday fait partie du « trimestre doré ». Ce quatrième trimestre est le plus lucratif pour le e-commerce avec ses temps forts comme Halloween, Noël et le Nouvel An. Né aux Etats-Unis dans les années 60, cet évènement était pratiquement méconnu en France mais depuis 2013, le Black Friday a rapidement conquis les Français.

Les 27 et 28 octobre 2021, Le Figaro a réalisé une étude sur les achats des fêtes de fin d’année. Selon eux, malgré l’aide de 100 € mise en place par le gouvernement pour soulager les ménages : « 47 % des Français s’inquiètent des dépenses à venir pour l’achat des cadeaux des fêtes de fin d’année, soit une hausse de 8 % par rapport à l’année dernière. » Mais pour près d’un tiers des consommateurs interrogés dans une enquête réalisée par Citero, « le Black Friday permettrait de faire de réelles économies ».

1. Le Black Friday et les ménages français

En effet, afin d’anticiper leurs achats de Noël, le Black Friday est devenu un rendez-vous primordial pour les consommateurs : « L’an dernier, 67 % des français ont acheté la majeure partie de leurs cadeaux avant fin novembre », selon le sondage du Figaro. Eric Voltzenlogel, vice-président marketing de Proximis a expliqué au quotidien que : « C’est une tendance que l’on observe depuis plusieurs années, les Français achètent plus tôt leurs cadeaux de Noël pour profiter notamment du Black Friday. Ce phénomène s’est accentué cette année avec la peur des pénuries sur les cadeaux potentiels et aussi avec le besoin d’étaler le budget de Noël sur plusieurs semaines ».

Selon l’étude de Citero, le phénomène FOMO (Fear of Missing Out) autour du Black Friday est également présent. Résultat : les marques communiquent sur leurs offres plusieurs semaines avant l’événement. Les modes de consommation ont eux aussi évolué ces dernières années. Certains consommateurs posaient une journée de RTT pour bénéficier des meilleures offres en magasin. Désormais, elles sont à portée de clic et disponibles via le e-commerce.

* Etude réalisée auprès d’un échantillon de 1017 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

2. L’impact pour les commerçants français

Selon des données de Criteo publiées le 9 septembre 2021, le Black Friday de l’an dernier a engendré un pic de + 127 % de ventes par rapport à la moyenne d’octobre. Cette montée en puissance illustre l’évolution du e-commerce en France et à travers le monde. Selon des estimations du cabinet Deloitte : « les ventes en ligne devraient augmenter entre 11 et 15 % en cette fin d’année 2021 par rapport à la fin de l’année 2020 ». En effet, le contexte sanitaire a considérablement boosté le e-commerce. Selon la même étude de Criteo, « 39 % des consommateurs se disent désormais plus à l’aise pour faire leurs achats en ligne et 33 % pensent que les habitudes de consommation ont définitivement changé ».

Les petits commerces ont particulièrement souffert de la crise sanitaire. Pour les soutenir, 45 % des consommateurs ont l’intention de privilégier les achats auprès de petits commerces en ligne, selon une étude de Sendinblue citée par le média Entreprendre. Des petits commerçants se sont d’ailleurs mis au e-commerce ces derniers mois, notamment via à des plateformes comme Shopify.

3. Les secteurs vainqueurs du Black Friday

Selon l’Insee, le mois de novembre s’impose de plus en plus comme un temps fort commercial dans de nombreux secteurs comme la bijouterie, l’électro-ménager, la technologie ou encore la parfumerie. Mais le Black Friday profite principalement à 4 secteurs :

  • La technologie.
  • La mode.
  • L’électro-ménager.
  • La beauté.

Par exemple, selon les chiffres du Gifam et de GfK cités par Neomag, le marché français de l’électroménager a atteint un chiffre d’affaires global de 9,1 milliards d’euros, soit une hausse de 5 %.

C’est aussi le cas dans le prêt-à-porter. Dans le secteur de la mode, le e-commerce a gagné des années de développement ces derniers mois. En France, pendant le confinement, près d’un Français sur 3 a acheté un article de mode sur un site e-commerce, selon une étude Kantar.

4. Le Black Friday menacé

Des débats en sa défaveur ont commencé à immerger ces dernières années. Certains consommateurs remettent au causes les remises en trompe l’œil du Black Friday, quand d’autres souhaitent s’orienter vers un mode de consommation plus responsable. Des hashtags ont fait leur apparition sur les réseaux sociaux pour propager ce mouvement : #makefridaygreenagain  #greenfriday  #Blackoverdose #greenfriday #noblackfriday #Blockfriday.

Plusieurs entreprises ont donc mis en place diverses actions. En 2017, Envie (le réseau de revente d’équipements électriques) a proposé des produits d’électroménager recyclés à prix cassés pour sensibiliser à une consommation plus responsable. La même année, près de 500 entreprises ont rejoint le collectif « Make Friday Green Again » créé par Nicolas Rohr (co-fondateur de l’entreprise de mode Faguo) et se sont engagées à ne pas participer au Black Friday. D’autres marques ont quant à elles décidé de transformer le Black Friday en une initiative solidaire.

A l’approche de la date butoir, à quoi faut-il s’attendre ce 26 novembre ? Les mouvements contre le Black Friday augmentent et la conscience écologique collective se répand d’années en années, mais l’ampleur économique de cet évènement, resterait toutefois évidente.  Des e-commerçants mettent en place des opérations de promotions dès la Black Week, à partir du lundi 22 novembre. Selon les chiffres d’une enquête de Bonial et d’Opinion Way sur les envies des français pour ce Black Friday 2021, « 42 % des français prévoient de réaliser des achats à l’occasion du Black Friday » et « 77 % des consommateurs français prévoient de profiter de cette occasion pour réaliser leurs achats des Noël. »

Quelques chiffres clés

298 € : c’est le budget moyen des Français pour le Black Friday.

48 % des répondants ne feront leurs achats que sur internet.

8 % des répondants ne feront leurs achats qu’en point de vente physique.

Source : Bonial et Opinion Way – Enquête sur les envies des Français pour le Black Friday 2021